Le photographe sud-africain d’origine américaine Robert Ballen expose jusqu’au 14 mars 2020 à la CENTRALE for contemporary art, place Sainte-Catherine, à Bruxelles.

Mise en place sous le commissariat artistique de Carine Fol et Stéphane Roy, cette exposition, « The Theatre of the Ballenesque », rassemble des photos, des vidéos et des installations spécifiques de l’artiste, aujourd’hui âgé de 69 ans, invitant les visiteurs à une véritable immersion dans son univers où le non-sens et l’absurde règnent en maîtres depuis plus de trente ans.

« Diplômé en psychologie, puis en géologie, c’est finalement par le biais de la photographie que Roger Ballen a décidé de descendre dans les profondeurs de l’être. Ce qui en refait surface sont les composants qui, sous la main impulsive et l’œil méthodique de l’artiste, deviennent les éléments d’un vaste théâtre de l’absurde : le Ballenesque », précisent les commissaires de l’exposition, inédite par son envergure en Belgique.

Considéré comme l’une des photographes majeurs de sa génération, Ballen a présenté son travail dans les plus grandes institutions internationales, dont le MoMA, la Tate Britain, le Rijkmuseum d’Amsterdam ou encore, en Belgique, au Museum Dr. Guislain de Gand. Parallèlement à l’exposition à la CENTRALE, son œuvre fait l’objet d’une grande rétrospective, « Le Monde selon Roger Ballen », à la Halle Saint-Pierre, haut-lieu parisien de l’art brut, jusqu’au 31 juillet 2020.

« Les images sont le journal de mon esprit. Elles m’aident à comprendre une partie de mon esprit, même si je ne suis sûr de rien, explique l’artiste, explorateur de la psyché humaine. Elles ne racontent pas d’histoire. La photographie est un monde complet, multidimensionnel, qu’on ne peut pas nécessairement interpréter verbalement. Elle défie les esprits inconscients. Ce que les gens voient généralement comme de l’art contemporain représente, selon moi, la mort de l’art, parce que cet art nécessite des récits et des discours qui ne font rien avancer. »

En collaboration avec l’Ancienne Belgique et le Musée municipal d’art actuel de Gand (SMAK), la CENTRALE propose également, sous le commissariat de Carine Fol et de Philippe Van Cauteren, l’exposition « Correspondances », à travers laquelle les photographies de l’artiste belge Ronny Delrue dialoguent avec les œuvres de Ballen autour de l’inconscient.

Du « chaos presque organisé ».

Comments are closed.