La quatrième édition d’Art on Paper aura lieu du 6 au 9 septembre. La foire bruxelloise dédiée au dessin contemporain a pris du galon puisqu’elle s’installe pour cinq jours dans les grandes salles d’expositions à Bozar (circuit Ravenstein). Elle accueillera 50 solo shows d’artistes proposés par leur galerie.

L’Eeckman Art Prize pour l’édition 2018 d’Art on Paper vient d’être décerné à Benjamin Laurent Aman. Ce prix, remis par Eeckman Art & Insurance, récompense depuis trois ans un artiste émergent qui consacre tout ou une partie de son travail au dessin. Celui-ci dispose d’un espace d’exposition au coeur du salon Art on Paper (Bozar). Le jury est composé de collectionneurs privés ainsi que de Paul Dujardin, CEO de Bozar ; Adeline d’Ursel, directrice d’Art on Paper ; Marie Cantos, directrice artistique de la foire et Cédric Liénart de Jeude, de Eeckman Art & Insurance. La volonté d’Eeckman Art & Insurance est de marquer son soutien à la jeune création par le biais d’un médium historique et qui permet à l’artiste de s’exprimer de manière aussi spontanée que construite.

Né en 1981 en France, Benjamin Laurent Aman a étudié aux Beaux-Arts de Nancy et est basé à Aubervilliers. Il utilise tant l’installation que le dessin ou le son pour rendre compte des différentes perceptions de l’espace. Passionné par le paysage à la manière des romantiques allemands du 19ème, il mêle perception de l’espace et ressenti émotionnel. Ses œuvres prennent des formes diverses.

Chez beaucoup d’artistes contemporains, on ne pense plus en terme de mediums. Ce qui a séduit le jury chez Benjamin Laurent Aman, c’est la manière dont il questionne sans cesse les limites du dessin. Le dessin se retrouve dans chacune de ses œuvres, qu’elle soit de fait un dessin ou une installation ou une nappe sonore,” explique Marie Cantos.

En septembre, on retrouvera donc les dessins souvent aux graphite et pastels secs de l’artiste, dans un espace propre, dédié de la foire.

Benjamin L. Aman Studio 2018 (c) Photo Marion Auburtin

Comments are closed.