En ce début de printemps, Lionel Estève présente Morphée, son premier bijou d’artiste au ThalieLab. C’est une cosse de fleur de pavot, tirée à la cire perdue, en bronze plaqué or, en édition limitée.

Lionel Estève (1967) est un artiste français qui vit depuis 30 ans à Bruxelles. Estève est représenté et régulièrement exposé chez Albert Baronian et à Paris chez Perrotin. Son travail très éclectique et sa grande liberté de propos se déploient en un corpus d’œuvres qui disent la fragilité et la poésie du réel. Souvent on y retrouve un lien avec la nature, les fleurs, les végétaux. Une très belle installation faite de galets peints est actuellement présentée dans l’exposition Melancholia à la Villa Empain. Il nous raconte la genèse de son bijou en bronze doré.

« Je pensais que cette plante fleurissait en Orient, sur les contreforts de l’Himalaya ou en Turquie et qu’elle ne fut pas ma surprise de découvrir quelques pieds au détour d’un chemin dans la campagne provençale, » explique l’artiste qui est originaire de Provence. Proche du coquelicot par sa forme, la fleur de pavot ne fleurit qu’une semaine. Après, les pétales d’un rose délicat tombent et un bulbe se forme. Estève a plusieurs fois utilisé ce bulbe doré à la feuille d’or dans ses installations. L’ambivalence de cette plante à la fois belle et délicate et qui produit de l’opium n’a pas échappé à l’artiste. Il a voulu lui rendre hommage. C’est aujourd’hui chose faite avec ce pendentif en bronze doré.

Lionel Estève a aussi produit trois œuvres in situ au ThalieLab : un voile d’organza entièrement brodé à la main d’un ensemble de silhouettes graciles de plantes et fleurs. Une lanterne dans l’escalier principal, datant de l’origine du bâtiment, a été retravaillée et les grilles qui garnissent porte et fenêtre en façade sont transformées en grotesques ou monstres inquiétants qui assurent protection de la maison. Une visite s’impose.

/www.thalielab.org

Comments are closed.